Condensation des koinès polynomiques dans le réseau dialectal mazatec - Université Paul Valéry Montpellier 3 Accéder directement au contenu
Chapitre D'ouvrage Année : 2021

Condensation des koinès polynomiques dans le réseau dialectal mazatec

Résumé

This contribution is but a brick in the building of an open discussion on the resistance to standardization, from the frequent standpoint of "multikoïnization", i.e. the emergence of several koinès, as opposed to the possibility or the endeavour of building up a single standard, whether it comes from the "base" (Bottom-up) of speakers or "from above" (governmental authorities and the educational system, i.e. Top-Down). We report here on our fieldwork experience, during several years of participant observation among teachers and promoters of bilingual and intercultural education in Mexico (2010-17), in the Mazatec area (State of Oaxaca, approximately 200,000 speakers), in particular through the writings produced by the participants of pedagogical writing workshops [Cf. pedagogical materials in the Mazatec language (and in other languages of Mesoamerica), accessible on the page http://axe7.labex-efl.org/taxonomy/term/12. See also http://axe7.labex-efl.org/node/126 for a presentation of the methodology, including http://axe7.labex-efl.org/node/396. Mazatec is an Eastern Oto-Manguean language of Mesoamerica. Oto-Manguean languages are so diverse among the three branches (Western, Central and Eastern) that they are best described as a phylum rather than a 'language family'. Most of them are very complex prosodically, with tonal systems oscillating between the "Sinitic type" and the "African type", depending on whether they have monosyllabic or disyllabic or polysyllabic in terms of syllabic templates; they tend to be of the strict CVCV type, without coda. They are strongly Head Marking (concentric), with a very complex verbal inflection, and a possessive nominal inflection that is also very intricate (cf. Palancar & Léonard 2016). ...] spoken in the Middle Papaloapan Basin, in southeastern Mexico. It has no less than seven main dialects, well described and documented elsewhere since the 1940s. Six norms currently coexist in the Mazatec area (polynomial): Huautla de Jiménez, San Antonio Eloxochitlán [See, with regard to our dialectal praxis in these localities, the documents valued online on the Labex EFL website: http://axe7.labex-efl.org/node/195. ] and Mazatlán Villa de Flores [http://axe7.labex-efl.org/node/215.] in the highlands, against San Felipe Jalapa de Diaz[ http://axe7.labex-efl.org/node/279.], San Pedro la Laguna and San Miguel Soyaltepec[ http://axe7.labex-efl.org/node/123.] in the lowlands. Other attempts at normativisation by the SIL/ILV (Summer Institute of Linguistics/Instituto Linguistico de Verano, v. http://www.language-archives.org/language/mau#other_resources1) focused on peripheral or marginal dialectal varieties, which could not compete with rival koinès: Chiquihuitlán or San Jeronimo Tecoatl. The Mazatec case study proves to be a most fertile prism of observation on the issues of coexistence and/or rivalry of polynomic norms, not only by the dynamics of differentiation or divergence, but also, beyond and in spite of the dissensions, by the basic tendencies towards convergence. Polynomics, however recalcitrant it may appear, is in fact a possible step towards unification and convergence in the medium and long term, so that an ecology of polynomic resistance should be considered, and should take precedence over the much more immediate and abstract point of view of vertical standardisation on the basis of a single variety, or synthesis variety, especially when the users of the minority language, in its dialectical dimension (the dynamics of alternating oral and written praxis in a language), do not benefit from official or governmental support and hence investment and planning 'from above'. Polynomial standardisation thus becomes a means rather than an end, and this mediation may prove salutary and rich in potential for the survival and reform of the functions of language, including the development and enhancement of its written form.
Cette contribution sera envisagée comme une brique apportée à l’édifice de la réflexion sur les résistances à la standardisation, du point de vue très fréquent de la multikoïnisation, ou émergence de plusieurs koinès, face à la possibilité ou au « projet » d’un standard unique, qu’il provienne de la «base» des locuteurs ou « de par en haut » (instances gouvernementales et système éducatif). Nous rendrons compte de notre expérience de terrain, au cours de plusieurs années d’observation participante chez les instituteurs et promoteurs d’éducation bilingue et interculturelle au Mexique (2010-17), dans l’aire mazatèque (Etat de Oaxaca, environ 200 000 locuteurs), notamment à travers les écrits produits par les participants d’ateliers d’écriture à finalité pédagogique[ Cf. matériaux pédagogiques en langue mazatèque (et dans d’autres langues de Méso-Amérique), accessibles sur la page http://axe7.labex-efl.org/taxonomy/term/12. Voir aussi http://axe7.labex-efl.org/node/126 pour une présentation de la méthodologie, notamment http://axe7.labex-efl.org/node/396. Le mazatec est une langue oto-mangue orientale[ Les langues oto-mangue sont des langues de très ancienne implantation en Méso-Amérique. Elles sont si diversifiées entre les trois branches (occidentale, centrale et orientale) qu’il y a lieu de parler de phylum plutôt que de « famille de langue ». Elles sont pour la plupart d’une très grande complexité prosodiques, avec des systèmes tonals oscillant entre le « type sinitique » et le « type africain », selon qu’elles présentent des gabarits syllabiques monosyllabiques ou disyllabiques ou polysyllabiques ; elles tendent à relever du type CVCV strict, sans coda. Elles sont de type fortement Head Marking (concentriques), avec une flexion verbale de très grande complexité, et une flexion nominale possessive également très intriquée (cf. Palancar & Léonard 2016). ] parlée dans le bassin du moyen Papaloapan, au sud-est du Mexique. Elle compte pas moins de sept dialectes principaux, bien décrits et documentés par ailleurs, depuis les années 1940. Six normes coexistent actuellement dans l’aire mazatèque (polynomie) : Huautla de Jiménez, San Antonio Eloxochitlán[ Voir, en ce qui concerne notre praxis diamésique dans ces localités, les documents valorisés en ligne sur le site du Labex EFL : http://axe7.labex-efl.org/node/195. ] et Mazatlán Villa de Flores[ http://axe7.labex-efl.org/node/215.] dans les hautes terres, contre San Felipe Jalapa de Diaz[ http://axe7.labex-efl.org/node/279.], San Pedro la Laguna et San Miguel Soyaltepec[ http://axe7.labex-efl.org/node/123.] dans les basses terres. D’autres tentatives de normativisation par le SIL/ILV (Summer Institute of Linguistics/Instituto Linguistico de Verano, v. http://www.language-archives.org/language/mau#other_resources1) ont porté sur des variétés dialectales périphériques ou marginales, qui n’ont pas pu concurrencer les koinès rivales : Chiquihuitlán ou San Jeronimo Tecoatl. L’étude de cas mazatèque s’avère un prisme d’observation des plus féconds sur les questions de coexistence et/ou rivalité de normes polynomiques, non seulement par les dynamiques de différenciation ou divergence, mais aussi, au-delà et malgré les dissensions, par les tendances de fond à la convergence. La polynomie, aussi récalcitrante qu’elle puisse apparaître, s’avère en réalité être un pas possible en faveur, à moyen et long terme, d’une unification et d’une convergence, si bien qu’une écologie de la résistance polynomique devrait être envisagée, et primer sur le point de vue bien plus immédiat et abstrait de la standardisation verticale sur la base d’une variété unique, ou d’une variété de synthèse, surtout lorsque les usagers de la langue minorisée, dans sa dimension diamésique (dynamique de la praxis alternée de l’oral et de l’écrit dans une langue), ne bénéficie pas d’un soutien officiel ou gouvernemental et, partant, des investissements et de l’aménagement « de par en haut ». La standardisation polynomique devient ainsi un moyen plutôt qu’une fin, et cette médiation peut se révéler salutaire et riche en devenir pour la survie et la réforme des fonctions de la langue, dont l’élaboration et la valorisation de sa forme écrite.
Fichier principal
Vignette du fichier
TEXTE_JLL_Standards et standardisation_03.pdf (613.87 Ko) Télécharger le fichier
Origine : Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Dates et versions

hal-04046074 , version 1 (25-03-2023)

Identifiants

  • HAL Id : hal-04046074 , version 1

Citer

Jean Léo Léonard. Condensation des koinès polynomiques dans le réseau dialectal mazatec : enquête ethnométhodologique sur un éventail émergent de normes diamésiques. Alén Garabato, Carmen; Boyer, Henri; Djordjevic Léonard, Ksenija. Sur la standardisation des langues minor(is)ées aux XXe et XXIe siècles, L'Harmattan, pp.123-140, 2021, Sociolinguistique, 978-2-343-24372-6. ⟨hal-04046074⟩
19 Consultations
44 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook X LinkedIn More