Les pratiques funéraires en moyenne vallée du Rhône et basse Provence du IXe au Ve s. av. J.-C. - Université Paul Valéry Montpellier 3 Accéder directement au contenu
Proceedings/Recueil Des Communications Année : 2024

Les pratiques funéraires en moyenne vallée du Rhône et basse Provence du IXe au Ve s. av. J.-C.

Résumé

dans un creux du rocher ou dans un coffre de pierres ou de dalles ou dans une simple fosse. Pour les tombes à incinération plusieurs formules existent : ossuaire ou os en vrac dans un loculus, ou encore os répandus en surface du paléosol. Selon le substrat, le dépôt funéraire est recouvert par un tumulus de pierres, parfois bordé par de blocs plus gros, ou bien un amas de terre parfois délimité par un fossé périphérique. Certaines grottes ont aussi eu un usage funéraire à cette époque, mais peut-être une fonction particulière. De manière générale, les nécropoles sont rares, et le nombre total de sépultures fouillées reste faible. Toutefois, pour le premier âge du Fer, des concentrations tumulaires apparaissent dans les vallées aux marges des massifs (dans la région de la Sainte-Victoire à la Sainte-Baume, en bordure de la basse Durance autour de Pertuis ou au nord de la vallée de la Drôme autour d’Upie). Un phénomène de monumentalisation qui se démarque des autres catégories de sépultures contemporaines. En outre, les défunts inhumés ou incinérés dans ces immenses tertres de pierres sont parfois accompagnés de mobilier dit de prestige, tels par exemple des oenochoés ou un bassin à bord perlé en bronze d’origine étrusque, qui questionnent sur le statut social de cette population. À côté, sont recensées des tombes sans signalisation présente ou conservée (apparaissant plus souvent isolées). Cet état des données invite donc à replacer dans l’espace cette distinction architecturale, à laquelle sera ajoutée une considération sur le mobilier accompagnant le défunt (céramique, métallique, ou d’autre nature ; la présence de vase céramique n’étant pas systématique, de même que les parures métalliques de certaines tombes apparaissent plus fournies que d’autre). En dernier lieu, un regard sera porté sur la situation topographique du site funéraire (type de relief, proximité de cours d’eau…), sur sa relation avec d’autres gisements contemporains. En effet, si certains lieux funéraires se positionnent dans un réseau de sites avec présence d’habitats perchés et/ou groupés de plaine, certaines sépultures peuvent apparaître plus isolées.
Fichier principal
Vignette du fichier
Pré-actes.pdf (2.15 Mo) Télécharger le fichier
Origine : Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Dates et versions

halshs-04573583 , version 1 (13-05-2024)

Identifiants

  • HAL Id : halshs-04573583 , version 1

Citer

Delphine Isoardi, Bernard Dedet, Éric Durand. Les pratiques funéraires en moyenne vallée du Rhône et basse Provence du IXe au Ve s. av. J.-C.. Les pratiques funéraires en Europe occidentaledu XIème au Vème s. av J.-C., 48e colloque international de l’Association Française pour l’Étude de l’Âge du Fer,, 2024. ⟨halshs-04573583⟩
0 Consultations
0 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook X LinkedIn More