Haiti amid globalized exchanges:integration or forced embarkment (1980-2019) - Anuario Americanista Europeo Access content directly
Theses Year : 2023

Haiti amid globalized exchanges:integration or forced embarkment (1980-2019)

Haïti dans le contexte des échanges commerciaux mondialisés: intégration ou embarquement forcé (1980–2015)

Abstract

This work portrayed the dilemma of Haiti requested, despite the absence of autonomous market spheres or productive bases, to integrate globalized exchanges in favor of the 1980s, more particularly the years 1986 coinciding with the departure of Jean Claude Duvalier from power. Curiously, it is amid the rule of tariff reciprocity that Haiti is solicited by the international exchanges. No more technical and economic support to the country contrarily to what is planned for this purpose under the pro poor growth program of the WTO. No more exemptions from customs fees for Haitian exports of organic products, in particular under the EPA agreement (economic partnership agreement) replacing the COTONOU report. So the context is clearly unfavorable to the country. He is already losing out in his competition with Martinique and the Dominican Republic, economically and structurally better off than him, for the conquest of the European Union market for banana exports. International economic or commercial competition is fierce and merciless. To be uncompetitive is to be doomed to disappearance. The country is abandoned to its fate with its structural weaknesses on its shoulders that it has dragged on for centuries. The drama does not reside particularly in the endowment in factors, a capital factor more particularly non-existent in Haiti, but rather in the fact that the technical progress as generator of comparative advantage that the classics wanted the direct motive for the exchange does not spread. The possibility of imitation between countries is impossible by this fact. Specialization as a springboard to take advantage of exchanges and integrate them, said Maurice Byé (1965), does not provide [… at all times and in all places…], real equality of opportunity. It is not neutral and is, either for historical or geographic reasons, unevenly distributed between countries [ibid]. Finally, Haiti's only comparative advantage, to use the words of this World Bank expert, Eric Verreydt (2000), is its geographic proximity to the large American market (geographic proximity with the huge market of US). Will Haiti be able to get through this unprecedented competition in the history of international economic relations? This is what we propose to answer within the framework of this study. As a strategy, the various Haitian heads of state having succeeded each other in power were content, to parody Marc Bazin (2004), with a neither nor (neither adhesion, nor refusal) trick to camouflage their programmatic vacuum. . There are certainly cause and effect links between this irresponsible posture and the failure of economic liberalization in Haiti. We intend to demonstrate this with supporting arguments. The successful strategy of other countries at the same level of development as Haiti, however mixed, will confirm our approach. An alternative conceptualization including the reconciliation between market state and society will be proposed. Theories of international trade will be mobilized in our quest to understand the problem in study. The Washington Consensus as a theoretical body of the liberalization process at work in Haiti will be confronted with empirical evidence. Regional integration as a last resort solution to globalized trade will also be studied.
Ce travail adresse le dilemme haïtien lié à son embarquement dans les échanges mondialisés en l’absence de sphères marchandes autonomes ou de bases productives à la faveur des années 1980, plus particulièrement les années 1986. Curieusement, c’est dans ce contexte qu’intervient la règle de réciprocité tarifaire dans les relations commerciales internationales. Plus d’appuis techniques, économiques à Haïti contrairement à ce qui est prévu dans le cadre du programme pro poor growth de l’OMC. Rappelons que ce programme est un programme d’appuis techniques aux pays en développement pour faciliter leur insertion dans l’ordre mondial. Plus d’exemptions de frais de douanes pour les exportations haïtiennes de produits bio, notamment dans le cadre de l’accord de l’APE (accord de partenariat économique) se substituant au rapport COTONOU. Donc le contexte est nettement défavorable au pays. Il part déjà perdant dans sa compétition avec la Martinique et la République Dominicaine, économiquement et structurellement mieux lotis que lui, pour la conquête du marché de l’union européenne en matière d’exportation de banane. La compétition économique ou commerciale internationale est rude et sans merci. N’être pas compétitif c’est être voué à la disparition. Le pays est abandonné à son sort avec sur les épaules ses incapacités ou faiblesses structurelles qu’il traine depuis des siècles. Le drame ne réside pas particulièrement dans la dotation en facteurs, facteur capital plus particulièrement inexistant en Haïti, mais plutôt dans le fait que le progrès technique comme générateur d’avantage comparatif que les classiques voulaient le motif direct de l’échange ne se diffuse pas. La possibilité d’imitation entre pays est impossible par ce seul fait. La spécialisation comme tremplin pour profiter des échanges et les intégrer, disait Maurice Byé (1965), ne fournit pas […en tout temps et en tous lieux...], une véritable égalité des chances. Elle n’est pas neutre et est, soit pour des raisons historiques ou des raisons géographiques, inégalement répartie entre pays [ibid]. Finalement le seul avantage comparatif d’Haïti, pour utiliser les propres termes ’d’ Eric Verreydt (2000), expert de la banque mondiale, est sa proximité géographique avec le grand marché américain (.geographic proximity with the huge market of US). Haïti saura-t-il tirer d’affaires dans cette compétition sans précédent dans l’histoire des relations économiques internationales ? Tel est ce à quoi nous nous proposons de répondre dans le cadre de cette étude. En guise de stratégies les différents chefs d’états haïtiens à s’être succédé au pouvoir se sont contentés, pour parodier Marc Bazin (2004), d’une astuce ni ni (ni adhésion, ni refus) pour camoufler leur vide programmatique. Des liens de cause à effets existent certes entre cette posture irresponsable et l’échec de la libéralisation économique en Haïti. Nous entendons le démontrer argumentaires à l’appui. La stratégie réussie d’autres pays de même niveau de développement qu’Haïti, si mitigée qu’elle soit, nous confortera dans notre démarche. Une conceptualisation alternative incluant la réconciliation entre état marché et société sera proposée. Les théories du commerce international seront mobilisées dans notre quête d’intelligibilité du problème à l’étude. Le consensus de Washington comme corpus théorique du processus de libéralisation à l’œuvre en Haïti sera confrontée avec l’empirie. L’intégration régionale comme solution en dernier ressort face aux échanges mondialisés sera également épinglée.
Fichier principal
Vignette du fichier
These_Dr_Louis_josue_1_MARS_2023.pdf (4.65 Mo) Télécharger le fichier

Dates and versions

tel-04040278 , version 1 (22-03-2023)

Identifiers

  • HAL Id : tel-04040278 , version 1

Cite

Josué Louis. Haiti amid globalized exchanges:integration or forced embarkment (1980-2019): classical and cepalian framework as perspective (conceptualization and empirical validation). Quantitative Finance [q-fin]. Madison International Institute and Business School, 2023. English. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-04040278⟩
271 View
87 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More