Quelque gai refrain de liberté et d’incrédulité. La Poupée de Nuremberg d’Adam, libre transposition d’un conte d’Hoffmann à l’opéra-comique (1852) - Université Paul Valéry Montpellier 3 Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue (Article De Synthèse) European Drama and Performance Studies Année : 2020

Quelque gai refrain de liberté et d’incrédulité. La Poupée de Nuremberg d’Adam, libre transposition d’un conte d’Hoffmann à l’opéra-comique (1852)

Résumé

La Poupée de Nuremberg (1852) d’Adam est une étude de cas révélatrice des notions de transfert culturel pour sa libre transposition de Der Sandmann d’Hoffmann (1816). S’affranchir du conte germanique s’accomplit au prisme des canons divertissants du lever de rideau et du goût pour la danse, via la substitution d’une femme incarnée (opéra) à l’automate (conte). Le comique de situation joue tant des réminiscences des Contes que de l’analogie avec l’opera buffa donizettien. De Paris à Berlin, la réception célèbre la fascination pour l’érotisation du corps féminin.
Fichier non déposé

Dates et versions

hal-03976011 , version 1 (06-02-2023)

Identifiants

  • HAL Id : hal-03976011 , version 1

Citer

Sabine Teulon Lardic. Quelque gai refrain de liberté et d’incrédulité. La Poupée de Nuremberg d’Adam, libre transposition d’un conte d’Hoffmann à l’opéra-comique (1852). European Drama and Performance Studies, 2020, Théâtre et musique, transferts culturels et identités nationales, 15 (2), pp.133-152. ⟨hal-03976011⟩

Collections

UNIV-MONTP3 CRISES
26 Consultations
0 Téléchargements

Partager

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More