"Nachleben": Philippe Claudel et l'image photographique - Université Paul Valéry Montpellier 3 Accéder directement au contenu
Chapitre D'ouvrage Année : 2023

"Nachleben": Philippe Claudel et l'image photographique

Résumé

Les images photographiques hantent l’œuvre de Philippe Claudel : éléments essentiels de la diégèse ou véritables clichés avec lesquels pas moins d’une quinzaine de textes entrent en dialogue, les photographies habitent l’écriture claudélienne en fantômes. Mais fantômes survenants autant que revenants, en lesquels incessamment se relance la mécanique du désir, Éros le disputant à Thanatos dans ces images-fantômes-phantasmes en lesquelles le « ça-a-été » barthésien paraît battu en brèche par ce que j’appellerais le « ça-va-devenir » cinématographique – autrement dit, dans les termes repris à "La Chambre claire", en lesquelles le "passage" le dispute à la "pose". Questionner l’omniprésence du médium photographique dans l’œuvre claudélienne débouche ainsi sur une hypothèse : l’image photographique articulerait-elle la dynamique littéraire à l’entreprise cinématographique ? Autrement dit, la présence photographique ménagerait-elle le passage entre deux désirs d’images en apparence antagonistes dans le mouvement qui les porte – l’un rétrospectif (le geste narratif se débattant toujours peu ou prou avec un « ça a été », a fortiori dans les récits claudéliens qui fréquemment supposent un « en deçà » à la narration) ; l’autre prospectif (si le récit littéraire fait revenir l’image , le cinéma la fait devenir) ? Dans cette étude, j'analyse les enjeux liés à l’omniprésence de l’image photographique dans l’œuvre claudélienne, et formule l’hypothèse selon laquelle le médium photographique constituerait le nécessaire tiers-espace d’une œuvre double, littéraire et cinématographique, sorte d’espace-seuil qui ne paraît opérant qu’à se tenir hors les mots – contrairement à la littérature et au cinéma qui parlent et font parler les images. C’est ainsi de biais que je questionne la raison photographique : non en étudiant les livres en dialogue avec les photographes, mais en déplaçant l’analyse sur le terrain des narrations, qui convoquent l’image photographique dans l’existence de personnages de fiction que hante l’aporie lumineuse de sa « puissance fantomale » (Barthes) – l’apparente fixité des clichés reconfigurant une diégèse dont ils réorientent la lecture. Je me propose par conséquent de repérer les fonctions narratives de la photographie dans l’œuvre claudélienne, avant d’en synthétiser les ressorts poïétiques, soit ce qui, par sa présence, se manifeste du geste créateur – plus précisément de ses hantises : j’entends ces formes qui l’habitent et en structurent la syntaxe.
Fichier principal
Vignette du fichier
Marie_Joqueviel-Bourjea_Philippe_Claudel_Nachleben.pdf (306.63 Ko) Télécharger le fichier
Origine Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Dates et versions

hal-03995851 , version 1 (02-02-2024)

Identifiants

  • HAL Id : hal-03995851 , version 1

Citer

Marie Joqueviel-Bourjea. "Nachleben": Philippe Claudel et l'image photographique. Marie Joqueviel-Bourjea & Anne Strasser. Philippe Claudel. Écrire et rêver les images, EDUL, p.49-70, 2023, Collection "Langue, textes, littératures", 978-2-38451-009-2. ⟨hal-03995851⟩
29 Consultations
15 Téléchargements

Partager

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More